Applications

Apprenez à maîtriser le terminal Linux comme un pro

Il est vrai que les distributions Linux ont beaucoup changé ces dernières années. Aujourd’hui, pratiquement n’importe qui peut être utilisé à partir d’une interface basée sur une fenêtre très similaire à celle de Windows. Aucun utilisateur ne doit avoir peur ou penser que Linux est un système d’exploitation compliqué. Cependant, il est vrai que si nous voulons en tirer le meilleur parti et en tirer le meilleur parti, nous devons utiliser le Terminal. Et c’est là que la peur de nombreux utilisateurs est née.

Le terminal Linux est une console, similaire à CMD ou PowerShell (mais beaucoup plus avancée que les deux), utilisée pour permettre aux utilisateurs plus avancés et techniques de contrôler même le plus petit détail du système d’exploitation.

Depuis cette console, nous pouvons exécuter toutes sortes de binaires, bien que son objectif soit d’exécuter ceux qui n’ont pas d’interface graphique et qui doivent être utilisés via des commandes. Comme dans d’autres systèmes d’exploitation, nous pouvons exécuter n’importe quel binaire ou script directement à partir de son répertoire. De plus, Linux a également un PATH où nous pouvons enregistrer les binaires et les exécuter sans avoir à naviguer vers leur répertoire. Par défaut, Linux PATH se compose des répertoires suivants (où la commande est recherchée dans l’ordre):

  • / usr / local / sbin
  • / usr / local / bin
  • / usr / sbin
  • / usr / bin
  • / sbin
  • / poubelle
  • / utilisateur / jeux
  • / usr / local / jeux
  • / snap / bin

Le terminal Linux est basé sur un langage de script appelé Bash, hérité de sh, la console Unix. Nous pouvons exécuter des scripts à partir de la console, exécuter des binaires et effectuer toutes sortes de tâches. Contrairement à Windows, Linux dispose d’un grand nombre d’outils très avancés dans son terminal pour gérer et contrôler le système d’exploitation.

Tout ce que nous faisons à partir d’une interface, nous pourrions le faire parfaitement depuis le terminal. Bien que de manière plus compliquée, longue et moins intuitive.

Comment ouvrir un terminal sous Linux

Chaque distribution Linux a ses propres bizarreries, donc cela peut changer. Nous allons utiliser Ubuntu, la distribution équilibrée entre performances, convivialité, sécurité et stabilité la plus utilisée au monde pour les exemples.

Il y a deux façons d’accéder au terminal Ubuntu. Le premier est le lancement d’un TTY, ou espace de travail sans environnement graphique. Nous pouvons faire fonctionner 7 terminaux en même temps de cette manière. De 1 à 6, aucun n’a d’interface graphique. Le seul avec GUI est le TTY7.

Pour changer TTY sous Linux, il faut utiliser le raccourci clavier Ctrl + Alt plus la touche, de F1 à F7, du TTY que l’on veut exécuter.

Et si nous voulons utiliser le terminal en tant que tel, nous pouvons trouver une application dédiée, qui s’exécute dans une fenêtre, dans le panneau d’application de notre distribution. Dans le cas d’Ubuntu, par exemple, nous pouvons trouver ce terminal dans le tiroir programme de l’environnement graphique GNOME.

Commandes de base pour le terminal

Bien que cela puisse paraître compliqué à utiliser, il ne faut pas avoir peur de la console Linux. Nous pouvons l’utiliser pour gérer les parties les plus avancées du système d’exploitation (comme les démons qui fonctionnent avec systemd), jusqu’à l’exécution d’applications normales.

Chaque programme Linux a un nom qui lui est associé, le nom de son package. Par conséquent, si nous saisissons le nom dudit package dans le Terminal (par exemple, firefox), nous pouvons voir comment le navigateur s’ouvre directement. Même ouvrir directement une page Web.

C’est le plus simple et le plus élémentaire du terminal. Mais il y a aussi beaucoup d’autres commandes essentielles que nous devons connaître et qui nous aideront à mieux contrôler cette console.

Se déplacer dans les répertoires

L’essentiel pour pouvoir commencer à se défendre avec le terminal Linux est de savoir se déplacer dans les différents répertoires. La première chose qui retiendra notre attention est le symbole ~ qui apparaît à gauche des commandes. Cela indique le répertoire initial (/ home / user) où nous avons commencé.

CD

En utilisant la commande “cd”, nous pouvons changer de répertoire et parcourir l’arborescence entière de notre disque dur. Nous pouvons aller dans le dossier “Téléchargements” dans “/ home / user /” en exécutant la commande:

Téléchargements cd

Nous pouvons également utiliser des chemins complets, comme:

cd / home / user / Téléchargements

ls

Une fois que nous sommes dans le répertoire que nous voulons, nous pouvons utiliser la commande “ls” pour voir une liste de tous les fichiers de ce répertoire.

mkdir

Cette commande nous permet de créer un nouveau dossier dans le répertoire dans lequel nous nous trouvons. Il faut exécuter cette commande suivie du nom du nouveau dossier que l’on souhaite créer, par exemple:

logiciel mkdir

cp

Avec cette commande, nous pouvons copier un fichier d’un répertoire à un autre. Nous pouvons l’utiliser pour copier un fichier du répertoire courant vers un autre répertoire, ou en entrant deux chemins absolus:

  • fichier cp / home / utilisateur / Documents
  • cp / home / user / Downloads / home / user / Documents

Nous pouvons utiliser cette commande pour copier un répertoire et tous ses fichiers d’un endroit à un autre. Pour ce faire, nous devons utiliser le paramètre -R comme suit:

cp -R / home / user / Downloads / / home / user / Downloads-Copy /

mv

Cette commande fonctionne de la même manière que la commande cp que nous venons de voir, à la différence qu’au lieu de copier le fichier, elle le déplace (c’est-à-dire qu’elle disparaît de la source). Cette commande peut également être utilisée pour renommer un fichier. Il suffit de le déplacer dans le même répertoire avec un nom différent. Par exemple:

mv fichier1 fichier nouveau

Bien sûr, nous pouvons également l’utiliser pour déplacer des répertoires:

mv / répertoire-source / / répertoire-destination /

chat

Il est à noter que lorsque vous utilisez Linux à partir de votre terminal, c’est également l’une de vos commandes les plus utilisées depuis des années. Et est-ce que pour nous donner une idée, cela ne sera pas d’une grande aide lors de la liste du contenu d’un fichier dans la sortie standard que nous avons configuré dans le système.

Mais ce n’est pas tout, mais il propose également d’autres utilisations basiques mais non moins utiles sous Linux . Par conséquent, pour pouvoir exécuter cette commande, il suffit de taper la commande cat suivie du nom du fichier et de son extension correspondante. Voici quelques exemples que nous pouvons utiliser et qui nous aideront à nous faire une idée de sa nomenclature et de son mode d’utilisation:

  • cat file.txt.
  • cat> filename: pour créer un nouveau fichier à partir de zéro.
  • cat nomfichier1 nomfichier2> nomfichier3: fusionne les fichiers 1 et 2 et d’autre part stocke leur sortie dans le fichier 3.

rm

Enfin, nous allons parler de la commande rm. Cela nous permet de supprimer n’importe quel fichier en utilisant des chemins relatifs (c’est-à-dire un fichier dans notre chemin actuel, que nous voyons avec ls), ou des chemins absolus, nous déplaçant vers le répertoire où le fichier est enregistré.

  • rm filenew
  • rm / home / user / Downloads / newfile

Nous pouvons également l’utiliser pour supprimer des répertoires entiers:

rm -rf / home / utilisateur / répertoire

pwd

Cette commande simple a un but unique (et utile): nous montrer le répertoire dans lequel nous travaillons. Très utile quand on a déplacé (on s’en souvient, avec CD) dans plusieurs sous-répertoires et qu’on ne se souvient pas exactement sur lequel on travaille.

Commandes système

Linux a également une grande variété de commandes qui nous permettent de contrôler la plupart des aspects du système d’exploitation. Certains des plus simples et qui valent la peine d’être connus sont:

  • date: affiche la date et l’heure.
  • cal: nous montre un calendrier.
  • uptime: indique l’heure à laquelle l’ordinateur a été allumé.
  • uname –a: nous montre la version du noyau.
  • whoami: nous dit quel est notre utilisateur actuel.
  • chmod: nous permet de changer les permissions de n’importe quel fichier ou répertoire.
  • chown: nous permet de changer la paternité de n’importe quel fichier ou répertoire.
  • mount: permet de monter des unités (disques durs, USB, cartes mémoire, etc.) dans un répertoire.
  • clear: nous permet de nettoyer le Terminal pour travailler avec lui de manière plus ordonnée.

Pour la gestion des utilisateurs:

  • su: vous permet de vous connecter en tant que root à partir de la session en cours.
  • exit: ferme la session racine ouverte.
  • adduser: nous permet d’ajouter un nouvel utilisateur à notre Linux.
  • passwd: nous permet de changer le mot de passe de l’utilisateur que nous spécifions.

Nous pouvons contrôler les processus qui s’exécutent sur notre distribution avec:

  • haut: une simple visionneuse de processus avec laquelle voir tout ce qui est en cours d’exécution sur le système.
  • kill ID: nous permet de tuer n’importe quel processus à partir de son identifiant.
  • ps: affiche tous les processus en cours.
  • gratuit: nous montre des informations sur la RAM utilisée et libre.

Enfin, nous avons également quelques commandes pour contrôler le démarrage et l’arrêt du PC:

  • halt – arrête tous les processus système et les arrête.
  • shutdown: nous permet d’arrêter le PC en une minute. Nous pouvons utiliser le paramètre -R pour spécifier le temps, en minutes, pour arrêter le PC. Et avec -H maintenant nous pouvons sauter la minute d’attente et éteindre directement l’équipement.
  • reboot: redémarrez l’ordinateur.

Installer et désinstaller des programmes

Depuis le terminal Linux, toutes sortes de programmes sont également généralement installés et désinstallés. C’est là que chaque distribution change, car le gestionnaire de paquets qui est inclus par défaut dans Ubuntu n’est pas le même que celui que l’on peut trouver, par exemple, dans Arch Linux.

Dans Ubuntu, le gestionnaire de paquets que nous trouvons est APT. Avec lui, depuis Terminal, nous pouvons télécharger, installer, mettre à jour et supprimer n’importe quel progiciel. Les distributions sont livrées avec des référentiels logiciels assez complets, donc si nous connaissons le nom du paquet, nous pouvons facilement l’installer comme suit:

apt installer firefox

Pour supprimer un programme installé, nous pouvons changer “installer” en “supprimer” (pour supprimer uniquement les packages) ou “purger” (pour supprimer le package et toutes les configurations et autres fichiers résiduels):

apt purger firefox

Il faut également savoir comment ajouter de nouveaux référentiels à Ubuntu et comment les mettre à jour pour toujours avoir les dernières versions du logiciel.

Enfin, depuis la console, nous pouvons également télécharger et installer les dernières mises à jour de notre distribution Linux. En suivant l’exemple d’Ubuntu, nous pouvons télécharger les dernières mises à jour de notre version d’Ubuntu (à la fois système et applications installées) avec:

  • mise à jour apt
  • mise à niveau apt

Et s’il existe une nouvelle version d’Ubuntu (celles qui sortent tous les 6 mois), nous pouvons la télécharger et l’installer avec les commandes suivantes:

  • mise à jour apt
  • apt do-release-upgrade

Certaines distributions peuvent utiliser d’autres gestionnaires de paquets, comme pacman, ou nous faire aller directement vers des installateurs comme “dpkg”, “yum” et “rpm”.

Commandes réseau

Nous pouvons également utiliser le terminal Linux pour effectuer des demandes de renseignements et des demandes sur Internet. Les commandes les plus connues, les plus utilisées et les plus utiles que nous pouvons trouver dans cette catégorie sont:

  • ifconfig: nous permet de voir une liste avec toutes les adresses IP de notre PC.
  • ping [serveur ou IP] – envoie un ping à un serveur (Google dans notre exemple), recherche une réponse et mesure la latence.
  • traceroute : tracez le chemin complet de notre PC au serveur.
  • whois [serveur]: obtient des informations sur un domaine (dans notre cas, Google).
  • wget [url]: nous permet de télécharger le fichier que nous spécifions dans l’URL.
  • ftp [serveur ou IP]: nous permet de nous connecter à un serveur FTP.
  • iptables : nous permet d’ouvrir l’administrateur natif du pare-feu Linux.

Programmes terminaux

Toutes les distributions apportent généralement au moins un programme pour pouvoir utiliser le terminal Linux à partir de l’environnement graphique. De plus, tous ont un, ou plusieurs, TTY qui nous permettent d’utiliser notre distribution sans le serveur graphique X, exclusivement en terminal.

Mais sur Internet, il existe un grand nombre de programmes de terminaux, chacun avec des caractéristiques uniques, afin que chaque utilisateur puisse choisir la console qu’il préfère ou qui correspond le mieux à ses besoins ou à sa façon de travailler.

Terminal GNOME

Sans aucun doute, le plus connu et le plus utilisé. Cette console fait partie des outils inclus dans le bureau Linux GNOME, un bureau fourni par défaut dans de nombreuses distributions, telles que Ubuntu. Simple, rapide et léger, ce terminal remplit sa fonction, et est largement suffisant pour la plupart des utilisateurs.

sudo apt install gnome-terminal

XTerm

Un autre terminal très populaire sous Linux. Celui-ci est installé avec le serveur X Window, et offre un TTY simple mais aussi puissant et surtout très léger. Cette console sera toujours disponible sur toutes les distributions Linux que nous pouvons trouver, à condition qu’elles aient un serveur graphique.

sudo apt install xterm

Konsole

Tout comme le terminal GNOME était la console du bureau GNOME, Konsole est celui par défaut sur les bureaux KDE. En plus d’avoir un grand nombre d’options de personnalisation, il prend également en charge les onglets et les signets, ce qui facilite le travail des utilisateurs.

sudo apt install konsole

Articles Similaires

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Botón volver arriba