l'Internet

Qu’est-ce que LAN et WLAN dans un routeur sans fil

Tous les routeurs sans fil domestiques intègrent plusieurs ports appelés LAN , ce qui signifie « Local Area Network ». Ils intègrent également généralement le WLAN, c’est-à-dire le » Wireless Local Area Network «, le même réseau local mais sans fil, c’est-à-dire que le Wi-Fi de notre routeur sans fil est appelé WLAN. Vous voulez savoir quelles sont ses principales caractéristiques et comment savoir quels sont les ports LAN de notre routeur ?

Ports LAN : caractéristiques principales

Normalement, les routeurs domestiques intègrent un ou plusieurs ports LAN, ces ports LAN sont ceux qui appartiennent au réseau local. Si vous utilisez IPv4, vous serez dans un sous-réseau de classe C avec le masque 255.255.255.0, les sous-réseaux les plus courants étant 192.168.0.0/24, 192.168.1.0/24 ou 192.168.2.0/24 bien que cela dépende des fabricants, ils peuvent être d’autres .

Au niveau de la configuration, tous les ordinateurs du LAN vont à Internet avec le même IPv4 public grâce à la technologie NAT, donc, ils auront la même IP publique pour aller à Internet. Grâce au NAT, nous pouvons connecter plusieurs appareils via câble ou WiFi et surfer sur Internet simultanément, sans avoir à attendre qu’un appareil soit libéré pour que nous puissions transférer des données.

Si votre opérateur utilise le protocole IPv6, il est possible que vous utilisiez également une plage IPv4 privée, puisqu’il est possible qu’il utilise des mécanismes pour coexister avec le protocole IPv6. Bien que s’ils utilisent nativement IPv6, vous utiliserez une IPv6 GUA (Global Unicast Address), et cette IPv6 publique sera également obtenue par chacun des appareils du réseau local. Si vous avez un réseau local au niveau de l’entreprise, il est possible que l’organisation ait décidé d’utiliser l’ULA (Unique Local Address), en plus d’utiliser le Link-Local qui est au moins l’IPv6 que chaque carte réseau doit avoir.

Ces ports LAN sont l’endroit où vous devez connecter vos PC, imprimantes, serveurs NAS et tout autre périphérique filaire . La vitesse du port est régie par les normes BASE-T, par conséquent, nous aurons généralement des vitesses de 10/100 / 1000Mbps , bien que nous puissions avoir des vitesses plus élevées telles que 2.5G, 5G et même 10Gbps si notre routeur le permet. À certaines occasions, des fabricants tels que NETGEAR dans leurs routeurs haut de gamme intègrent également un port SFP+ 10Gbps pour offrir au réseau local la possibilité de connecter directement un périphérique à fibre optique , au lieu d’utiliser le câble réseau classique. paire torsadée.

Les ports LAN sont parfaitement différenciés du port WAN de notre routeur, ils sont généralement de couleur différente, bien que cela dépende du fabricant lui-même, car cela peut également être indiqué directement avec une petite légende juste en dessous des ports. Depuis quelques mois, des constructeurs comme ASUS, NETGEAR ou TP-Link, lancent des routeurs avec un port Multigigabit, soit des ports 2.5G, 5G et même 10G, au niveau firmware, ces ports ultra-rapides peuvent être configurés en WAN d’Internet ou en tant que LAN, le plus recommandé aujourd’hui est de les configurer en tant que LAN (ils sont préconfigurés de cette manière), car dans le LAN, nous pouvons connecter des serveurs NAS avec des ports Multigigabit et tirer au maximum cette vitesse supplémentaire que nous pouvons atteindre via câble.

Par exemple, le routeur ASUS RT-AX89X possède un port Multigigabit 10GBASE-T, et un autre port SFP+ 10Gbps pour connecter un câble DAC ou directement en fibre optique. Grâce à ces ports ultra-rapides, nous pouvons connecter un serveur NAS avec des ports 10GBASE-T ou SFP + au réseau LAN, et plus tard accéder à ce serveur NAS via le reste des ports Ethernet Gigabit dont nous disposons, et même via le Réseau WiFi, sans que le réseau filaire soit un goulot d’étranglement. Si nous connectons ce même NAS à un port Gigabit Ethernet, nous aurions un goulot d’étranglement très important, car nous pouvons tout au plus transférer des données à 1 Gbps, quel que soit le nombre d’ordinateurs à partir desquels nous transférons les informations.

WLAN : Caractéristiques principales

La seule différence entre WLAN et LAN est le support de transmission. Alors que dans le LAN, nous utilisons des câbles à paires torsadées ou des câbles à fibre optique, dans le WLAN, nous utilisons l’air comme moyen de transmission, c’est-à-dire que nous utilisons normalement la technologie Wi-Fi. Quant aux différentes normes que nous pouvons utiliser dans nos routeurs, nous utilisons actuellement les normes Wi-Fi 4, Wi-Fi 5, et si votre routeur est de dernière génération, il est possible qu’il utilise le nouveau Wi-Fi 6 Selon l’équipement dont nous disposons, il peut avoir un WLAN dans une seule bande de fréquence (normalement 2,4 GHz), nous pouvons avoir une double bande simultanée (2,4 GHz et 5 GHz) et nous pouvons même avoir un équipement avec une triple bande simultanée (2,4 GHz, 5GHz avec canaux « low » et 5GHz avec canaux « high »).

De nos jours, il est très courant d’utiliser la norme Wi-Fi 6, qui intègre de nombreuses améliorations par rapport aux précédentes pour obtenir la meilleure expérience utilisateur possible. Avec Wi-FI 6, nous aurons la technologie OFDMA pour subdiviser le canal en canaux plus petits et pour pouvoir exploiter le maximum de bande passante disponible, c’est idéal pour les points d’accès WiFi professionnels où il y a des dizaines de clients connectés. Nous avons également MU-MIMO, pour envoyer et recevoir des données simultanément de plusieurs clients WiFi en même temps, sans avoir à attendre un certain temps ou jusqu’à ce que ceux qui diffusent déjà finissent. Enfin, il ne faut pas oublier le BSS Coloring pour réduire les interférences, le Beamforming pour focaliser le signal WiFI sur les clients, et même le Target Wake Time qui nous permettra d’économiser de l’énergie sur les clients WiFi,

Comme vous l’avez vu, actuellement dans les routeurs, nous avons trois interfaces bien différenciées, l’interface WAN (Internet), l’interface LAN et le WLAN qui appartiennent au réseau local domestique. Bien entendu, si nous avons un routeur professionnel tel que le NETGEAR BR500 ou le ASUS BRT-AC828, nous avons la possibilité de créer des LAN virtuels, c’est-à-dire des VLAN, pour créer plusieurs sous-réseaux locaux et segmenter le trafic.

Dans le cas d’un réseau domestique ou professionnel plus avancé, il est totalement nécessaire de segmenter le réseau par des VLAN, qui sont essentiellement des LAN virtuels, dans lesquels les trames sont étiquetées pour séparer lesdits sous-réseaux, et qu’il faut un routeur pour pouvoir pour les intercommuniquer. Les VLAN nous permettent l’isolement, un meilleur contrôle de tout ce qui se passe dans le réseau local, et nous permettent également d’avoir des performances plus élevées et d’éviter les problèmes de sécurité. C’est-à-dire que pour les grands réseaux où nous avons un grand nombre d’équipements, il est toujours nécessaire de segmenter en VLAN pour fournir au réseau une meilleure sécurité et de meilleures performances. De plus, nous aurons également la possibilité de fournir des points d’accès professionnels avec différents VLAN, et ainsi, d’avoir un SSID pour chaque VLAN créé.

Articles Similaires

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Botón volver arriba