Réseaux Sociaux

Le fondateur du télégramme démantèle 7 mythes de pomme et de l’iPhone

Pável Dúrov, connu pour être le fondateur de Telegram –entre autres choses–, ne semble pas trop content des conditions qu’Apple impose aux développeurs d’applications pour iPhone et iPad. Et c’est pourquoi il a décidé de se joindre aux poursuites que plusieurs entreprises ont décidé d’intenter contre celles de Cupertino, pour demander, entre autres, que les utilisateurs d’appareils iOS puissent télécharger des applications à partir de sources extérieures à l’App Store.

Et pour manifester son mécontentement, au-delà de se joindre à ce type de poursuites, Dúrov a voulu démanteler une série de mythes répandus sur Apple et l’iPhone, en relation avec ces pratiques présumées avec lesquelles Apple monopolise la distribution d’applications pour ses appareils.

Le fondateur de Telegram accuse à nouveau Apple.

7 mythes sur l’iPhone et Apple démantelés par le créateur de Telegram

Dans la déclaration, publiée sur Telegra.ph – une plate-forme, soit dit en passant, créée par la même société derrière Telegram – Dúrov énumère les sept mythes qu’Apple et ses fidèles utilisent pour justifier leurs pratiques lorsqu’ils imposent des conditions aux développeurs , tels que le obligation de laisser Apple conserver 30% des revenus sous forme de commissions. Ils sont les suivants:

  1. Une commission de 30% permet à Apple de maintenir l’App Store. Selon Dúrov, ces données sont fausses car le maintien de l’App Store ne coûte à Apple qu’une fraction de l’argent qui reste des développeurs. En ce sens, il souligne qu’« Apple reçoit des milliards de dollars d’applications tierces, mais les dépenses nécessaires pour héberger et réviser ces applications se chiffrent en dizaines de millions, pas en milliards de dollars », et il souligne qu’il est sûr d’une telle déclaration, car «Telegram héberge et examine plus de contenu public qu’il n’en sera jamais hébergé et examiné dans l’App Store.»
  2. La commission de 30% permet à Apple de réinvestir dans la construction de meilleurs iPhones. Une autre affirmation inexacte, selon le fondateur de Telegram. Par rapport à cela, il indique que l’argent qu’Apple génère via les startups est conservé pour toujours dans des comptes offshore et n’est pas réinvesti dans le développement de nouveau matériel. Il en profite également pour accuser Apple [manque d’innovation ces dernières années – l’ iPhone SE 2020 est peut-être l’appareil qui représente le mieux cette idée – et souligne que «copier des choses ne nécessite pas un gros budget de R&D».
  3. N’importe qui peut rivaliser avec Apple s’il n’aime pas sa commission de 30 %. Pour démanteler ce mythe, le créateur de Telegram évoque le cercle vicieux impliqué dans l’idée de créer un système d’exploitation avec lequel rivaliser avec iOS ou Android: « les développeurs ne créent pas d’applications si le système d’exploitation n’a pas assez d’utilisateurs, et les utilisateurs n’achètent-ils pas des téléphones s’il n’y a pas assez d’applications tierces pour eux. » En ce sens, il explique comment Microsoft a échoué en essayant de rivaliser avec iOS et Android malgré sa grande influence dans le monde du développement d’applications.

Pavel Durov, créateur de Telegram, utilisant un ordinateur Apple.

  1. Sans l’iPhone, les développeurs d’applications mobiles n’auraient aucun moyen de distribuer leurs applications. Dúrov n’est pas non plus d’accord avec ces données, et assure en fait que la réalité est totalement opposée: «sans applications tierces, peu de gens achèteraient un iPhone en 2020».
  2. Tout développeur qui n’aime pas la commission de 30% sur les iPhones peut simplement créer des applications Android. En ce sens, le fondateur de Telegram assure que les développeurs n’ont pas le choix lorsqu’ils développent pour une plate-forme ou une autre, car s’ils veulent vraiment créer des plates-formes pertinentes, ils sont obligés de lancer leurs services sur les deux systèmes d’exploitation.
  3. La commission de 30% de l’App Store est conforme à ce que facturent les autres plateformes. Une collation de l’ étude récente publiée par Apple dans laquelle il est reflété que d’autres plates-formes mobiles -voir, Android- facturent également 30% de la commission pour les applications distribuées via Google Play, Dúrov affirme qu’il ne s’agit pas de situations comparables, puisque le fonctionnement de Google système offre la possibilité de contourner la boutique officielle et de distribuer ses applications via des sources alternatives.
  4. Amener les régulateurs à examiner les pratiques d’Apple va à l’encontre du marché libre et de la concurrence loyale. Enfin, Dúrov en profite également pour porter plainte contre les principales organisations, notant que puisque les gouvernements aident Apple à maintenir son monopole, ils sont également responsables des conséquences négatives que cela entraîne. En outre, il souligne qu’« Apple n’est pas non plus un acteur du marché libre », car il « utilise largement le pouvoir des régulateurs pour criminaliser les jailbreaks et garantir un contrôle total sur chaque téléphone qu’ils vendent ».

Telegram n’est pas la seule grande entreprise technologique à avoir participé à ce procès imposé devant la Commission européenne. D’autres, comme Spotify et Rakuten, l’ ont également signé, et des enquêtes sont menées depuis l’Europe pour déterminer si les pratiques d’Apple violent les lois antitrust.

Sujets connexes: iPhone, Télégramme

Articles Similaires

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Botón volver arriba