l'Internet

freeFTPd : Configuration de ce serveur FTP, FTPES et SFTP pour Windows

Si vous devez configurer un serveur FTP, FTPES ou SFTP sur les systèmes d’exploitation Windows, une alternative fortement recommandée est d’utiliser le logiciel freeFTPd. Ce programme va nous permettre de mettre en place un serveur FTP hautement configurable, et très rapidement et facilement, sans avoir à avoir une connaissance approfondie des réseaux ou des systèmes. Ce freeFTPd est un logiciel entièrement gratuit, et si nous utilisons FTPES ou SFTP, nous aurons une sécurité de communication garantie en utilisant le cryptage des données.

Installation de freeFTPd

Pour installer freeFTPd, la première chose à faire est de télécharger le programme d’installation depuis le site officiel de freeFTPD . Une fois téléchargé, nous devrons exécuter le programme d’installation, et lors de l’installation, il nous demandera quels composants nous voulons installer. Vous devrez choisir la seule option qu’il permet, qui est » Installation complète «, c’est-à-dire l’installation complète .

Une fois l’installation terminée, une fenêtre contextuelle apparaîtra nous indiquant que, si nous voulons créer les clés privées maintenant, nous devons répondre oui, de cette façon, nous pouvons nous connecter via des protocoles sécurisés tels que FTPES et SFTP au serveur lui-même. Ensuite, il nous demandera si nous voulons démarrer le service freeFTPd, nous devons également répondre oui. Et avec cela, nous aurions déjà le serveur installé sur notre ordinateur.

Démarrage et configurations de FreeFTPd

La première fois que nous exécutons freeFTPd, nous trouverons une fenêtre avec un menu à gauche avec différentes options, et à droite une fenêtre avec l’option sélectionnée. Étant la première fois que nous l’exécutons, dans ce cas, il semble que les serveurs FTP et SFTP soient désactivés car ils ne sont pas encore configurés.

Menus d’administration de FreeFTPd

Nous allons parcourir les différents menus de haut en bas.

Statut : Dans ce menu, il nous montre les informations d’état du serveur FTP et SFTP, en plus, nous pouvons également voir la version du serveur que nous utilisons en bas. Dans ce cas, la version est 1.0.13.

FTP : Dans ce menu, nous devons configurer toutes les options FTP, en plus, il est divisé en un autre sous-menu appelé SSL, où nous devons configurer le protocole FTPES sécurisé. Voyons quelles options nous avons dans FTP.

  • Adresse d’écoute : Dans cette option, nous devons choisir quelles interfaces le serveur FTP admettra, c’est-à-dire que nous pouvons choisir, toutes les interfaces, uniquement localhost, ou les différentes adresses IP, toutes les cartes réseau que nous avons configurées dans l’équipement.
  • Port : Ici nous devons spécifier quel port le serveur FTP utilisera, par défaut c’est le port 21.
  • Nombre max de connexions : Ici, nous pouvons spécifier combien de connexions maximum notre serveur FTP autorisera. Si nous le laissons à 0, il est considéré comme n’ayant aucune limite de connexion.
  • Idle timeout : Cette option est utilisée pour spécifier combien de secondes doivent s’écouler avant qu’elle ne renvoie une erreur de timeout. Si on le laisse à 0, on considère qu’il n’y a pas de limite quant au nombre de secondes qui doivent s’écouler.
  • Fichier de message d’accueil : Ici, nous pouvons sélectionner un fichier avec une extension * .txt, à l’intérieur nous pouvons avoir un message écrit qui apparaîtra à l’utilisateur chaque fois qu’il se connectera avec un client au serveur FTP configuré.
  • Fichier de message d’adieu : Ici, nous pouvons sélectionner un fichier avec une extension * .txt, à l’intérieur nous pouvons avoir un message écrit qui apparaîtra à l’utilisateur lorsqu’il se déconnectera du serveur FTP.
  • Répertoire racine FTP : Cette option permet de spécifier le répertoire du serveur FTP.
  • État du serveur : Il nous montre l’état du serveur. Juste à côté, nous avons le bouton » Démarrer » pour démarrer le serveur au cas où il serait arrêté, ou » Arrêter » pour l’arrêter au cas où il serait démarré. La première fois que nous le démarrons, si nous utilisons Windows 10, nous recevrons un avertissement du pare-feu afin d’autoriser l’accès à freeFTPd.

Dans le menu FTP, nous avons un sous-menu appelé SSL, où nous pouvons activer les options d’utilisation de FTP + SSL et d’utilisation de FTPS implicite. Comme nous l’avons expliqué précédemment dans RedesZone, il est recommandé d’utiliser FTP + SSL (FTPES) mais pas FTPS (Implicit). Ci-dessous, nous avons la possibilité de télécharger, d’afficher ou d’utiliser un nouveau certificat.

SFTP : Dans ce menu, nous devons configurer toutes les options du serveur SFTP, un protocole basé sur SSH, mais nous l’avons également disponible ici. De plus, nous avons un sous-menu appelé Hostkey. Voyons quelles options nous avons dans SFTP, qui sont les mêmes que celles que nous avions dans le menu FTP.

  • Adresse d’écoute : Dans cette option, nous devons choisir quelles interfaces le serveur SFTP admettra, c’est-à-dire que nous pouvons choisir, toutes les interfaces, uniquement localhost, ou les différentes adresses IP, toutes les cartes réseau que nous avons configurées dans l’équipement.
  • Port : Il faut ici spécifier quel port le serveur SFTP utilisera, par défaut c’est le port 22, le port bien connu de SSH.
  • Nombre maximum de connexions : Ici, nous pouvons spécifier le nombre maximum de connexions que notre serveur SFTP prendra en charge. Si nous le laissons à 0, il est considéré comme n’ayant aucune limite de connexion.
  • Idle timeout : Cette option est utilisée pour spécifier combien de secondes doivent s’écouler avant qu’elle ne renvoie une erreur de timeout. Si on le laisse à 0, on considère qu’il n’y a pas de limite quant au nombre de secondes qui doivent s’écouler.
  • Fichier de message d’accueil : Ici, nous pouvons sélectionner un fichier avec une extension * .txt, à l’intérieur nous pouvons avoir un message écrit qui apparaîtra à l’utilisateur chaque fois qu’un client SFTP se connecte au serveur SFTP.
  • Fichier de message d’adieu : Ici, nous pouvons sélectionner un fichier avec une extension * .txt, à l’intérieur nous pouvons avoir un message écrit qui apparaîtra à l’utilisateur lorsqu’il se déconnectera du serveur SFTP.
  • Répertoire racine SFTP : Cette option permet de spécifier le répertoire du serveur SFTP.
  • État du serveur : Il nous montre l’état du serveur. Juste à côté, nous avons le bouton Démarrer pour démarrer le serveur au cas où il serait arrêté ou Arrêter pour l’arrêter au cas où il serait démarré. La première fois que nous le démarrons, si nous utilisons Windows 10, nous recevrons un avertissement du pare-feu afin d’autoriser l’accès à freeFTPd.

Dans le menu SFTP, nous avons un sous-menu appelé Hostkey, ce menu est très important puisqu’ici nous avons les différentes clés que notre serveur SFTP utilisera.

La première clé est RSA Key, ici nous pouvons sélectionner l’emplacement de la clé, et cela nous permet plusieurs options telles que tester la clé et en générer une nouvelle en utilisant 512 bits, 1024 bits ou 2048 bits. Si nous cliquons sur générer une nouvelle clé, l’Explorateur Windows apparaîtra, nous demandant où nous voulons enregistrer la nouvelle clé. On peut choisir l’endroit qu’on veut. Une fois enregistré, l’emplacement sera automatiquement mis à jour dans le menu RSA Key.

La deuxième clé est la clé DSA, ici nous pouvons également sélectionner l’emplacement de la clé, et elle nous permet plusieurs options telles que tester la clé et en générer une nouvelle en utilisant 512 bits, 1024 bits ou 2048 bits. Si nous cliquons sur générer une nouvelle clé, l’Explorateur Windows apparaîtra, nous demandant où nous voulons enregistrer la nouvelle clé. On peut choisir l’endroit qu’on veut. Une fois enregistré, l’emplacement sera automatiquement mis à jour dans le menu Clé DSA.

Utilisateurs : Dans ce menu, nous pouvons créer, modifier et supprimer des utilisateurs. Pour créer un nouvel utilisateur, nous devons cliquer sur le bouton » Ajouter «. Une nouvelle fenêtre s’ouvrira où nous devrons renseigner les informations suivantes :

  • Login : Ici, nous devons mettre le nom de l’utilisateur.
  • Autorisation : Il faut choisir quelle méthode de connexion utiliser, je vous recommande d’utiliser la deuxième option » Mot de passe stocké en hachage SHA1 » puisque celle qui vient par défaut, qui est » Authentification NT «, sert à se connecter avec le compte utilisateur Windows . Les autres options que nous pouvons choisir sont « Mot de passe stocké » où les informations d’identification sont stockées en texte brut, ou « Compte d’utilisateur anonyme ».
  • Mot de passe : Nous devons entrer le mot de passe que nous voulons pour l’utilisateur que nous créons. Cette option ne sera activée que si nous sélectionnons dans «Autorisation» l’option «Mot de passe stocké sous forme de hachage SHA1»
  • Mot de passe (encore) : Nous devons ressaisir le mot de passe que nous avons entré dans la case précédente.
  • Domaine : Nous pouvons spécifier un groupe.
  • Répertoire personnel : Ici, je vous conseille de le laisser tel quel par défaut. Cette option permet de spécifier le répertoire «home», root, de l’utilisateur que nous créons.
  • Taux de transfert max : Ici, nous pouvons limiter la vitesse maximale en kbps que l’utilisateur peut télécharger ou uploader. Si nous le laissons à 0, il est considéré comme illimité.
  • L’utilisateur peut accéder : Cette option nous permet de spécifier quels protocoles l’utilisateur peut utiliser, pour cela nous pouvons choisir entre FTP et SFTP ou les deux. Notre conseil est de laisser les deux ou simplement de quitter SFTP pour assurer la sécurité.

Pour enregistrer l’utilisateur, nous devons cliquer sur «Appliquer», puis il sera enregistré.

Pour modifier un utilisateur que nous avons créé, nous devons d’abord le sélectionner dans la liste des utilisateurs, puis l’option du menu supérieur appelée « Modifier » sera activée. Si nous cliquons sur «Modifier», le même menu que nous avons utilisé pour créer l’utilisateur s’ouvrira à nouveau.

Pour supprimer un utilisateur que nous avons créé, nous devons d’abord le sélectionner dans la liste des utilisateurs, puis l’option du menu supérieur appelée «Supprimer» sera activée. Si nous cliquons sur «Supprimer», une fenêtre apparaîtra nous demandant si nous sommes sûrs de vouloir supprimer l’utilisateur sélectionné. Nous devons répondre oui, et l’utilisateur sélectionné sera supprimé.

Restrictions d’hôte : Dans cette option, nous pouvons ajouter une liste d’adresses IP auxquelles l’accès au serveur est autorisé ou refusé. Selon l’option choisie, les adresses IP que nous avons saisies pourront accéder au serveur, ou elles auront l’accès bloqué. Par défaut, il est configuré pour qu’ils ne puissent pas y accéder.

Répertoires virtuels : Dans cette section, nous pouvons voir les répertoires que nous avons virtualisés, en pouvant voir leur chemin virtuel et leur chemin réel.

Si nous voulons ajouter un nouveau répertoire virtuel, nous devons entrer un nom de dossier dans la section « Nom du dossier », le nom du « chemin virtuel » et cliquer sur le bouton « Ajouter » et sélectionner le vrai dossier que nous voulons virtualiser dans le chemin virtuel. Une fois terminé, le dossier apparaîtra dans le menu supérieur. Si nous voulons supprimer un répertoire virtuel, la première chose à faire est de le sélectionner dans le menu supérieur puis de cliquer sur «Supprimer», et il sera automatiquement supprimé.

Logging : Dans cette section, nous pouvons activer la tenue d’un journal de tout ce qui se passe sur le serveur. Pour cela, nous devons activer la case «Enregistrer les événements». Une fois activé, nous avons plusieurs options très intéressantes. La première est d’utiliser un seul fichier pour le log des serveurs FTP et SFTP, si on n’active pas cette option, chaque serveur aura son log. Il est conseillé de le laisser séparément, et que nous ayons un log indépendant pour chaque serveur. La deuxième option consiste à résoudre l’adresse IP au lieu du nom de l’ordinateur.

Enfin, nous pouvons spécifier le répertoire où est enregistré le fichier journal du serveur FTP et FTPS, et nous avons également un bouton pour accéder au journal du serveur.

Utilisateurs en ligne : Dans cette dernière section, les utilisateurs qui sont actuellement connectés à notre serveur FTP ou FTPS apparaîtront, nous montrant des informations telles que leur nom d’utilisateur, leur type de session, et depuis quand ils sont en ligne. En bas à droite, nous avons le bouton «Déconnecter» qui nous permettra de déconnecter un utilisateur si nous le souhaitons.

Comme vous l’avez vu, il s’agit d’un serveur compatible avec les protocoles FTP et FTPES, très complet en termes d’options, mais très simple à utiliser en même temps. Nous devons également souligner le support du protocole SFTP basé sur SSH, au cas où nous voudrions l’utiliser à la place de FTPES.

Articles Similaires

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Botón volver arriba