Sécurité

Réseaux Zero Trust : ne faites confiance à rien ni à personne

En 2020, les réseaux et toute technologie émergente qui pourraient être liés seront caractérisés par trois choses : la sécurité, la sûreté et la sécurité. Nous allons commenter en détail le modèle Zero Trust qui, au-delà d’être un modèle de travail qui gagne de plus en plus d’adeptes, est une façon de penser qui définit l’intégrité des données qui sont traitées dans le réseau auquel nous sommes nous nous connectons.

Nous avons déjà parlé des VPN Zero Trust et de la façon dont ils se concentrent sur le fait de ne faire confiance à personne, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du réseau privé. Cependant, il ne s’agit pas d’un concept qui s’applique uniquement à ce cas. Zero Trust est une façon de travailler, de penser et d’agir. Fournit la visibilité nécessaire aux personnes travaillant dans l’informatique sur tout ce qu’elles doivent savoir pour sécuriser, gérer et surveiller à la fois les appareils, les utilisateurs et les applications sur le réseau. L’objectif principal est de restreindre l’accès aux données, applications et appareils sensibles en fonction des besoins de chaque cas.

La stratégie de ce modèle vise à contrôler à la fois le trafic qui sort et celui qui entre dans le réseau. Ce qui le distingue des autres modes de fonctionnement, c’est que même le trafic généré en interne, au sein même du réseau, doit être considéré comme une menace. Certaines personnes peuvent le considérer comme une méthodologie d’approche extrême et approximative, mais, néanmoins, les années passent et ZeroTrust assure sa place en tant que facteur commun lorsqu’il s’agit d’assurer la sécurité du réseau.

Pendant tout ce temps, nous avons été témoins de milliers de violations de données et de vulnérabilités qui montrent clairement que certaines données peuvent être accessibles par n’importe qui. D’autre part, le ransomware est responsable d’avoir arrêté les opérations de plusieurs entreprises et institutions à travers le monde, en plus d’avoir mis en danger la situation économique de nombreuses personnes, en échange de la récupération de leurs fichiers tant attendus.

Authentification des utilisateurs et politiques d’accès

Il est basé sur la mise en œuvre correcte de l’authentification multifacteur en conjonction avec une structure de politiques de sécurité qui confirment les ressources auxquelles les utilisateurs peuvent accéder. Il existe des cas d’entreprises qui optent pour le SSO (Single Sign On ou Simple Income) qui sont gérés par des fournisseurs de services cloud. Ce dernier est connu sous le nom d’IDaaS, c’est-à-dire Identity-as-a-Service (Identity as a Service). Dans le modèle Zero-Trust, l’accès aux ressources est protégé par : le contexte de la demande et le risque qu’elle génère en cas d’octroi d’autorisation. L’octroi de ces autorisations peut signifier un accès limité aux fonctionnalités des ressources que nous gérons, une couche supplémentaire d’authentification est également ajoutée avant d’accorder l’autorisation, ou la définition d’un certain temps pendant lequel la connexion au réseau se terminera automatiquement . . .

Segmentation des données et des ressources

Une segmentation appropriée des ressources entre les différents utilisateurs permettra aux politiques de sécurité mises en œuvre d’être utiles. Il n’est plus fiable de fournir un accès unique et que chaque utilisateur du réseau puisse avoir accès à n’importe quelle ressource sans aucune restriction. Cela représenterait une multitude de risques, notamment de fuite de données personnelles.

Rappelons qu’au sein d’une organisation, les salariés eux-mêmes représentent le risque principal. Pourquoi c’est comme ça ? Car toute personne qui travaille dans une entreprise, quelle que soit la fonction qu’elle occupe, est responsable d’un ou plusieurs actifs de l’entreprise. Cet actif est constamment menacé tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du bureau.

Il en va de même pour les données personnelles. Nous représentons nous-mêmes le plus grand risque pour nos données. Celles-ci sont exposées à tout moment, notamment lorsque nous les manipulons depuis notre mobile. Si nous ne prenons pas les mesures de sécurité appropriées, il se peut que, en quelques secondes, nos données soient compromises ou que nous les perdions complètement.

Sécurité des données

L’un des axes du modèle Zero Trust est la sécurité des données. L’application du chiffrement de bout en bout est l’une des mesures de sécurité qu’il est de plus en plus nécessaire d’appliquer. Il ne suffit plus de crypter les données lorsqu’elles sont envoyées ou reçues. Aussi en transit et au moment de leur traitement, ils ne doivent pas être traités comme du texte brut car cela donne le feu vert aux fuites indésirables.

Les sauvegardes automatisées assurent la disponibilité des données au moment où nous en avons besoin. Il est crucial que ces copies soient générées sur au moins un régime hebdomadaire. S’il y a un problème avec l’ordinateur de notre poste de travail et que nos fichiers sont affectés, la dernière sauvegarde peut nous éviter plus d’un problème. Personne n’aime devoir recommencer un document à partir de zéro.

Les cybercriminels génèrent de plus en plus d’impact. Ils le font directement avec l’action, sans avertissement et seulement avec leurs attaques. Vos données sont pour eux l’atout le plus important et le plus précieux.

Les principaux enjeux du modèle Zero Trust

Les deux défis les plus importants et les plus redondants sont peut-être les utilisateurs et les données . Les types d’utilisateurs sont divers et donc aussi, les besoins de chacun. Il est nécessaire qu’en tant que personnes impliquées dans la sécurité informatique, nous comprenions l’importance de couvrir autant de types d’utilisateurs que possible. Puisqu’une autorisation mal accordée représente un gros problème.

Nous ne le percevons peut-être pas de cette façon, mais si nous menons des activités professionnelles ou si nous gérons simplement des informations personnelles très sensibles tout en étant connectés à un réseau public, nous exposons tout. On peut dire sans risque de se tromper que si vous n’avez pas encore été victime d’une cyberattaque, vous avez beaucoup de chance.

D’autre part, et il ne suffit pas de mettre l’accent sur les données pour que nous appliquions la sécurité c onciencia et d’autres mesures de protection. Les organisations, en particulier dans le domaine informatique, doivent rattraper leur retard pour planifier et mettre en œuvre des solutions garantissant la sécurité des données qui y sont stockées. Après tout, c’est sur leurs serveurs ou sur plusieurs serveurs distants que se trouvent les données de tout le monde.

Il ne faudra que quelques années pour que le modèle Zero Trust soit totalement consolidé, consolidant son orientation vers les utilisateurs et les données. Cela semble impoli, mais la devise est : ne faites confiance à personne ni à rien. Les cyberattaques de grande envergure ne vont pas s’arrêter et les individus comme les organisations doivent être préparés.

Articles Similaires

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Botón volver arriba